Hausmark 1572, Odenwald

Bindrunes: Combinaisons runiques

Une Bindrune est simplement la combination de plusieurs runes pour obtenir un glyphe runique ayant une signification bien particulière. Cette signification peut être hautement ésotérique, ou elle peut être simplement la combinaison de l’équivalent runique des lettres de l’alphabet.

• Un célèbre exemple est le logo Bluetooth, composé des Runes H (HAGAL) et B (BAR). Ces deux runes tiennent lieu des lettres initiales ‘H’ et ‘B’, faisant référence au roi-guerrier danois Harald Bluetooth (Harald à la Dent Bleue).

bluetooth

• Le premier logo de Thor Steinar utilisait une combinaison des runes D (TYR) et S (SIG), qui exprimait clairement une formule armaniste: Sig-Tyr!

thor-steinar-altes-logo_800

• Certaines runes, dites « runes additionelles » sont en fait des bindrunes, telles que le Wendehorn (à ne pas confondre avec la rune H (HAGAL)):

Wendehorn

Hausmarke: Emblèmes du Clan

Une Hausmark (aussi appelée Hauszeichen ou Hauswappe) est un emblème clanique ou familial, utilisé comme marque de propriété. Elles peuvent êtree gravées sur la facade d’un immeuble, sur des objets appartenant au clan ou a la famille, ou dans une signature.

Cette tradition armaniste immémoriale survécut au christianisme sous la forme des « marques de maçons » au Moyen-Age. Les Hausmarke ont l’apparence d’une bindrune (dans leur forme la plus pure) mais ces bindrunes ont souvent été couvertes de la forme d’un animal ou autres éléments héraldiques, pour passer inapercus.

Lauterer Tarnhari

La Hausmark de l’Armaniste Ernst Lauterer

Une Hausmark est l’équivalent primordial du blason héraldique, qui n’apparut qu’au Moyen-Age. Les familles nobles d’Europe, généralement d’ancienne ascendance aryo-germanique, utilisèrent ainsi la forme du blason pour transmettre leurs Hausmarke.

Les Hausmarke peuvent être purement utilitaires (pour marquer sa propriété, surtout à des époques ou peu de gens savaient lire) mais la plupart ont une profonde signification ésotérique, comme l’ont montré les travaux du Maître Guido von List (voir GLB5) et de l’Armaniste Bernhard Koerner (M 1875 – Y 1952), héraldiste et génealogiste de renom et membre éminent de la Société d’Hygiène Raciale de Berlin.

Alors que les familles nobles ont pu conserver leurs Hausmarke en les transformant en blasons, les familles roturières en ont peu à peu perdu l’usage. Cependant, dans certaines régions isolées (notamment dans l’Odenwald, mais aussi – dans une moindre mesure – en Pologne et en Estonie, anciennes terres prussiennes) certaines fermes ont conservé d’authentiques Hausmarke sur les lintaux de portes (voir la photo en début d’article).

C’est ainsi que les Armanistes modernes ont pu retracer l’origine de cette tradition clanique primordiale. Un recensement des Hausmarke fut organisé par la Reichsstelle für Sippenforschung (Bureau du Reich pour la Recherche Clanique et Généalogique), organisme qui gérait également l’attribution des certificats d’aryanité.

Hausmarke

Hausmarke contemporaines, de gauche à droite:

Artamanen GesellschaftDr Walther Darré – Reinhard Heydrich

Les marchands, négociants et artisans ont eux aussi conservé leurs Hausmarke, mais sous une forme dénaturée. La corporation des maçons a notamment conservé la sagesse runique en l' »encodant » dans les poutres des maisons à colombage, comme le démontre brillament le Dr Philip Stauff  (M 1876 – Y 1923) (un autre Armaniste et ami proche de Guido von List) dans son ouvrage-clé Runenhäuser, paru en 1921.

D’autres informations runiques furent encodées par les sculpteurs dans les cathédrales de toute l’Europe.

Hausmarke

Les Hausmarke ont survécu intactes sur les blasons de certaines villes:

Bernau – Ebenau – Großsolt – Hiddensee

Dans les cercles armanistes contemporains, la Hausmark a tendence à reprendre son usage originel en tant que signe distinctif de la Sippe (clan) aryo-germanique.

Ouvrages de référence:

• Michelsen, Andreas – Die Hausmarke. Eine germanistische Abhandlung (1853)

• Homeyer, Carl Gustav – Die Haus- und Hofmarken (1870) Nachdruck: VDM-Verlag Müller, Saarbrücken (2007)

• Ruppel, Karl Konrad – Die Hausmarke. Das Symbol der germanischen Sippe (1939)

Runenhäuser - Balingen

Maisons runiques: Structure du château d’eau de Balingen. Le Dr P. Stauf démontre que les runes n’étaient pas nécessaires à la structure du bâtiment.

Hausmarkenstammbaum der Sippe Gau auf Hiddensee bei Rügen

Arbre généalogique montrant l’évolution de la Hausmark (Source: Blachetta, Walter – Das Buch der Deutschen Sinnzeichen (1941))